01H46

Tu étais mon intime, ma confidence, celle que je faisais officiellement aux officieux introuvables qui me rendaient invisible.

07H23

Je t’aime comme au premier jour, je t’aimerai jusqu’au dernier jour…. Et je t’aimais bien avant de te rencontrer !

16H13

Si vous avez déjà fait un mensonge avec délectation, si vous avez déjà souhaité rester un enfant à jamais…

23H58

je me sens seul sans toi, je me sens indépendant dans l’orphelinat de mon cœur, je me sens dépareillé dans la pupille qu’est cette vie que je ne cesse de regarder avec des yeux trempés de larmes qui ne peuvent t’être destinées.

07H44

Ce monde-là, cette terre-là, cette planète-là, elle n’est pas faite pour moi.

06H06

On ne peut vivre de vie, on ne peut vivre de rire et de magie. On vit alors de nostalgie et de jalousie. 

11H49

je me suis contenté d’acter mon amour plutôt que de jacter pour ne rien dire sur cette basse-cour.

11H39

Nous consentons à évoluer sur la prospérité d’un accord balayé par des balades où nous nous sommes fourvoyés avec des mensonges éhontés. 

23H18

J’ai mal, ma peau et mes os frémissent de clapotis corporels, ce n’est pas suffisamment fort pour que les claquements de mes dents soient remarqués par ceux qui font des cliquetis avec leurs regards avares d’ennui et de peur. 

16H23

Vous rappelez-vous, le premier qui touche le ciel a gagné ? Ne m’en voulez pas, j’ai toujours aimé gagner.

08H23

Parfois tu auras mon âme entre tes doigts, souvent tu profiteras de mes sentiments, mais jamais à aucune heure tumore…

05H14

Hier l’automatique n’était qu’une arme, aujourd’hui l’arme se nomme symptomatique, demain la balle aura la gravure du psychosomatique.

16H39

J’y ai cru mon ange, je me suis fié à toi, mais les fluctuants de choix et les comparaisons de voix ont fait qu’aujourd’hui je ne suis que le piétinement de l’ombre de moi-même avec aucune concession.

00H37

Trois, deux, un, clap de fin, on est tout seul, on est serein.

13H15

Sachez une chose, tous mes textes sont spontanés, quand je me bloque devant cette écran réel avec des écritures irréelles, je ne sais jamais ce que je vais écrire, je ne prévois rien, et puis à un moment il y a un souvenir qui vient, et je me décide à écrire ce que mon cerveau pense !