12H05

Pas un de nous ne vit avec la repentance, le remord ou l’attrition, nous examinons sans culpabilité, sans vis-à-vis, la vision d’une vue sans yeux et sans compassion.

19H13

Avez-vous déjà regardé dans le vide en pensant au saut, juste un jour, sans rien, sans sursaut ?

09H21

C’était inéquitable, injuste, impropre, mais tellement sincère, je te le jure, je t’aimais mon ange, même si tout paraissait impartial.

20H03

Il éjaculera sa rage en plein visage, il y en aura de partout, tu t’étoufferas et il n’y aura que sa demande pour te faire comprendre que tu es bien là…

22H54

Je pleurais des vies que je n’avais pas, des regrets de qui je n’étais pas.

17H20

C’était un concert métastatique bruyant, qui déflagre chaque organe sans rythme, sans partition.

18H51

Viens, je t’expose et je te file vers un hasardement de la nage pour risquer la dernière tentation d’un voyage.

10H40

Je décline et décline avec déchéance et décours, mais ma dégradation, c’est le déclinement d’un amour que j’ai eu sans avoir de vrais courtisans me faisant la cour élégamment.

14H57

Ferme tes yeux, ce n’est qu’un viol, mais nous savons toi et moi que l’exhalaison sera une émanation perpétuelle en toi.

13H33

Aimer n’était qu’une dénomination, mais à tes côtés, j’ai accepté la conception de l’abstraction de nos passions enflammées par le doux son de nos baisers.

23H51

Ton discours était un homicide de mes aphorismes, un égorgement sur mes entendements et une euthanasie sur mon propre jugement que tu croyais indécis.

16H11

Pour ton Cœur j’effacerai au blanco les lâchetés de tes frayeurs.

18H13

Mon cœur a toujours dit à ma tête que les personnages singuliers sont des créatures passionnantes ; ils captivent et touchent les gens, qui aspirent au palpitant et au touchant.

23H28

la mort était à notre chasse, là… derrière nous…

01H52

Triste égoïsme d’un monde définitivement non altruiste, car l’altruisme n’est qu’image utilisée pour son reflet « hashtaguée ».