Je prends un moment pour scruter mon corps glabre sous toutes ses coutures. J’aime sa maigreur. J’aime ce creux en arc gothique sur mon plexus solaire. Ces longs bras décharnés cerclés de plusieurs bracelets d’or trop grands, tels la parure mortuaire d’une momie inca. Je les croise devant moi et ne peux m’empêcher de les balancer au rythme de la musique. Trop tard, je suis pris par la chorégraphie irrésistible de Put a Ring on it. La danse m’aide à évacuer le trop plein de stress qui me gagne, à refaire le vide dans mon esprit. Lorsque je me sens bien défoulé, j’enduis mon corps d’une huile parfumée, puis d’une crème légèrement scintillante aux fines particules d’or. Ce genre de cosmétique est en principe destiné aux femmes. Et alors ? Qu’importe si c’est comme ça que je me sens à mon avantage ? Cela n’a pas eu l’air de déplaire à mes amants précédents, bien au contraire.

 

signature-2

Ajouter votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.