20H43

Ce sourire était ce qu’il y avait de plus cher au monde, cette esquisse du plaisir était un rayon de soleil, une lueur et un soulagement quand celui-là même se produisait pour mon plus grand bonheur.

Mon amour, que je raffole te voir rire, pour un tout et souvent pour un rien.
Mon amour j’adore lorsque tes éclats couvrent n’importe quel son présent dans l’appartement.
Que j’aime ce moment où nos regards complices d’une sottise dite se croisent tandis que les pupilles sont mouillées d’une splendeur d’hilarité que nous, nous savons jouissive et positive. 

Ce rictus est ce qu’il y a de plus cher au monde, l’utiliser au passé est une hérésie tant il est existant dans nos vies, jour et nuit quand nous nous retrouvons corps-à-corps et entrelacés.

Sourions mon ange, rions à l’éblouissement, quitte à en perdre la parole, quitte à en égarer le pourquoi d’un commencement qu’on ne comprendrait pas. Mon messager je t’en supplie rigole, enflamme tes cordes vocales pour une vibration loin du mal. Cette esquisse du plaisir est un rayon de soleil, une lueur qui dans ces moments que l’on me connait trop pleins de noirceur m’emplit d’une lumière douce et réchauffant le cœur. Nous rions de mille-et-une splendeurs pendant ce repas, j’étais fier de moi puisqu’une nouvelle fois tes fous-rires étaient aux débordants éclats.

Tu rigolais de la même manière qu’un mari heureux, comme un homme dont je suis amoureux, comme un époux qui peut lire dans mes yeux.
À cette seconde-là, j’ai pensé à tort que rien ne t’empêcherait d’être chanceux avec moi, rien ne pouvait gâcher ce bonheur dont d’autres dans certains cas ont improprement dit qu’il était illusoire. Mon ange, tu sais j’entends encore le son de ta voix, je me rappelle davantage tout ton visage se transformer en une masse déflagrante de plaisir, je ressens supérieurement l’ambiance particulière de cette soirée la. J’ai songé abusivement que rien ne te nuirait d’être heureux avec moi, ou du moins que rien de ce bien-être ne pouvait exploser en fracas.

Mon messager, ce jour-là après avoir supporté la sonnerie de téléphone et les quelques paroles hurlantes d’une douleur que je ne connaissais pas, j’ai vu pour la première fois ce qu’était la tristesse en toi. Tes yeux bien que malicieux étaient devenus un vide où pas un homme courageux ne voudrait s’aventurer. Mon âme, j’ai eu tellement de souffrances instables en moi cette seconde-là, tellement de déchirements insaisissables cette minute-là.  Nous riions de mille-et-une splendeurs puis l’instant d’après nous pleurions de mille-et-une noirceurs. Ce sourire était ce qu’il y avait de plus onéreux au monde, te l’enlever était ce qui allait nous coûter le plus cher dans univers.

Nous riions de mille-et-une magnificences pendant ce repas, j’étais fier de moi puisqu’une nouvelle fois tes fous-rires étaient aux débordants d’éclats. À présent nous maîtrisons que rien ici-bas n’est d’une certitude sur laquelle nous pouvons parier à s’en faire couper le bras. Mais mon chérubin chaque temps que l’Être suprême me donne, je tacherai de toutes mes forces de te faire esquisser ce petit sourire qui est à mes yeux la chose la plus précieuse dans notre vie que nous savons tumultueuse. 

Voici la seule promesse que je puis te tenir, l’unique prédiction possible à réaliser, chaque jour que dieu me fait, je ferai tout pour que tes lèvres, ton regard et tes joues forment un éclat de rire que je ne cesserai d’admirer comme une œuvre picturale que je peinturerai jusqu’à la fin de notre destinée.

Et à chaque moment dur de la vie, j’attendrai l’instant opportun pour à nouveau te faire rire pour un rien. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s