10H30

Qu’y a-t-il de plus constant qu’une mĂ©lancolie sans durĂ©e et sans intervalle ?

Tu n’as jamais su te satisfaire de ces moments radieux et joyeux que l’on t’octroyait. Tu n’as jamais pu comprendre la conjoncture de cette persĂ©vĂ©rance chanceuse qui Ă©tait l’avantage de vivre sans concrĂšte tristesse providentielle ou sans tangible matiĂšre nullement florissante. Mais quoi que le monde t’offrait tu restais impossible Ă  combler dans ta dĂ©pression et ton accablement qui t’était une contingence perpĂ©tuelle rĂ©alisĂ©e de journĂ©es Ă©pisodiques sans envie, sans futur, sans dĂ©sir et bien Ă©videmment sans avenir. 

Tu aurais pu ĂȘtre beau, bon, bĂ©at, mais tu as prĂ©fĂ©rĂ© laisser ta chair et ton organisme se corrompre avec agglomĂ©ration pour qu’ils se contaminent petit Ă  petit pour putrĂ©fier le peu d’espoir qu’il te demeurait. Tu Ă©tais brillant, invraisemblable et magnifique, mais tout ceci, nous sommes bien obligĂ©s de le dire au passĂ©, par cela mĂȘme que maintenant ton corps s’est dĂ©tĂ©riorĂ© et dĂ©valuĂ©, car infectĂ© malheureusement par des empoignades que tu t’es faites Ă  force de danse et de chorĂ©graphie honteuse, oĂč ton chagrin d’une douleur imaginaire a effritĂ© puis gangrenĂ© pour faire et refaire l’homme que tu seras Ă  jamais. 

Qu’y a-t-il de plus constant qu’une mĂ©lancolie sans durĂ©e et sans intervalle ?
Qu’y a-t-il de plus sinistre qu’une tristesse qui n’existe pas ? 
Mais qui avait-il de plus beau et de plus incroyable que ce moment oĂč le dĂ©sespoir troublĂ© par une agitation Ă©motive, s’est transformĂ© en un Ă©tat physique gracieux, adorable et chic ? C’Ă©tait Ă©tonnant et bizarre de te voir dans un Ă©moi impressionnant, la bĂ©atitude que tant te souhaitaient te devenait renversante d’un frisson voluptueux et excessif.

Ton accablement qui t’était une conjoncture perpĂ©tuelle faite de journĂ©es Ă©pisodiques sans envie, avait Ă©voluĂ© en une merveille distinguĂ©e et Ă©blouissante, qui (nous tous qui t’avions jugĂ© et pensĂ© intarissable dans ton sort) nous a majestueusement remplis de gaietĂ© et de fĂ©licitĂ©.

Tu aurais pu ĂȘtre beau, bon, bĂ©at, mais tu as prĂ©fĂ©rĂ© laisser ta chair et ton organisme se corrompre avec agglomĂ©ration pour qu’ils se contaminent petit Ă  petit pour putrĂ©fier le peu d’espoir qu’il te restait. Mais aucun de nous n’avait compris, que le relĂšvement de cette Ă©tape, te serait plus insaisissable, plus Ă©patant, plus royal. Il te fallait toi l’homme sans chance, dĂ©gringoler dans la honte et le suppliant, pour escalader une montagne sur laquelle il Ă©tait impossible de se hisser, sans bagages et sans prĂ©paration faite d’enseignements et d’instructions de cette vie indigne qui t’avait déçu.

Tu Ă©tais splendide, incroyable et magnifique, mais tout ceci, nous sommes bien obligĂ©s de le dire au prĂ©sent, tant nous devons l’absolution devant cette dĂ©monstration capitale qu’est la richesse de te regarder gravir et franchir avec prouesse ces amoncellements de tristesse et de dĂ©solation que nous pensions Ă  jamais ĂȘtre ta tombe.

Mais quoi que le monde t’offrait tu restais impossible Ă  combler dans ta dĂ©pression et ton accablement, car il te fallait agoniser dans l’ignominie d’une vie, pour qu’ensuite nous t’entendions tous chantonner avec vivacitĂ© « qu’il Ă©tait sublime de dĂ©valer le cƓur allĂ©gĂ© ces montagnes » que tu avais eu tant de mal Ă  monter.

À force de danse et de chorĂ©graphie honteuse, oĂč tu possĂ©dais un chagrin d’une douleur bouleversante et une solitude d’une amertume dĂ©liquescente tu as rĂ©ussi Ă  construire avec art, un ballet oĂč la contredanse t’Ă©tait devenue une loi pour enjamber avec farandole ton vĂ©cu fanĂ©. 

Tu es beau, tu es bĂ©at et cela tu ne le dois qu’à toi. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s