21H07

Suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi suicide-le, suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi suicide-toi, suicide-moi, suicide-moi suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi suicide-moi, suicide-moi, suicide-les suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi suicide-moi, suicide-moi, suicide-moi suicide-moi, suicide-moi.

La découverte du corps de l’autre, de son être, de la profondeur immense de son cœur,
de l’histoire de sa vie… On se touche en se caressant, ne voulant que la sensualité intentionnelle pour l’autre. Un simple coup d’œil peut provoquer une intensité ahurissante, un désir d’une passion dévorante, plus besoin de se cacher derrière des paroles, des gestes, des mimiques, puisque ce même corps parle de lui-même… 
Suicide-moi ou je te suiciderai.

Thank you for your support

ご支援ありがとうございます

€5,00

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s