00H59

Tu n’as regardĂ© que la cambrure, qui s’offrait Ă  tes yeux par mĂ©saventure, tu as observĂ© le cintrage de ce corps sans demi-mesure, imaginĂ© que tu y plongerais les yeux baissĂ©s, sans censure. Tu as examinĂ© ces deux pommes que formaient mes fesses en face de toi, les as dĂ©gustĂ©es avec allĂ©gresse et sans rassasiement courtois. Tu as plongĂ© ton corps entier dans un vaste projet, qui est de conquĂ©rir la sensualitĂ©. Tout ceci en oubliant la sagesse de ta joie, qui Ă©tait si dure et palpable Ă  ce moment-lĂ . 

La gaietĂ© de tes muscles laissait une odeur de lubricitĂ© exotique Ă  mes cĂŽtĂ©s, tes mains si rudes, si fermes, si abruptes ont assujetti mes hanches concaves et ma croupe galbĂ©e pour un acte endurci et rĂ©sistant Ă  toute insatisfaction de sybaritisme lascive. Tu as examinĂ© la douceur de ma peau, tout en contemplant la suavitĂ© de mes os si prĂ©sents et puissants. Ma personne t’était un cadeau, une offrande, et dans des situations comme celles-ci, on ne remarque rien d’autre que ce constat de satisfaction voluptueuse et jouissive. Tu n’as regardĂ© que la cambrure qui s’offrait Ă  tes yeux, c’était comme une peinture, tu as scrutĂ© chaque centimĂštre carrĂ© de cette caricature qu’était le corps qui t’était mis en investiture. Tu as imaginĂ© que tu y plongerais les yeux baissĂ©s, mais pas notĂ© que mes yeux ne regardaient que la tapisserie qui nous entourait. Ta vue s’éblouissait seule sur la matiĂšre qui se tenait en face de toi, car d’humain, je n’avais que le son de ma respiration pour te le prouver. Tu as contemplĂ© pendant que je dĂ©visageais, tu as considĂ©rĂ© alors que moi, je me contentais d’envisager et tu as touchĂ© alors qu’il fallait seulement s’y intĂ©resser. Tu n’as que polluĂ© en souillant comme les autres ma cambrure, tu as portĂ© atteinte Ă  mon Ă©chancrure, outragĂ© abusivement avec violence cette monture que j’étais, et tu as galopĂ© sans intĂ©rĂȘt et sans t’arrĂȘter avec profanation et dictature. Tu n’as regardĂ© que la cambrure qui s’offrait Ă  tes yeux, mais n’as pas remarquĂ© que mon regard quĂ©mandait une aventure sans idĂ©es dĂ©placĂ©es. La gaietĂ© de tes muscles a craquelĂ© ce bas de dos cambrĂ© sans que cela t’offusque, car tu voyais et entendais mais surtout ne voulais pas Ă©couter, au risque de frustrer ton envie robuste. 

Thank you for your support

ă”æ”ŻæŽă‚ă‚ŠăŒăšă†ă”ă–ă„ăŸă™

€5,00

4 commentaires sur “00H59

  1. Bon jour,
    Cette capacitĂ© scĂ©nique Ă  emporter le lecteur dans les contrĂ©s les plus reculĂ©s de la sensualitĂ© et en mĂȘme temps cette consistance du texte Ă  procurer de l’Ă©branlement, du bouleversement, … est suprĂȘmement bon …
    Max-Louis

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s