Caresser ta chair, pour effleurer les anatomies les plus intimes de ton organisme. 

Il y a un désir de frôler la masse pour savourer l’organe, qui avec délectation nous soumet à la tentation de l’association de corps. 

Ciseler chacun de tes membres, pour en obtenir l’adoucissement dur que nous méritons ensemble, il nous faut limer la matière, pour en obtenir la perfection de la corporation profonde. 

Aimer le défi déviant, pour polir sans retenue la substance élémentaire d’une semence rudimentaire. 

J’ai aimé ingurgiter chaque larme, chaque globule, chaque cellule, mais surtout ingérer avec dévotion tous les germes que tu me laissais engloutir, humer, happer, dévorer avec la plus grande ferveur que tu méritais. 

Car admettre c’est soumettre et soumettre c’est être. 

signature-2

3 Replies to “17H16”

  1. Bon jour,
    « Car admettre c’est soumettre et soumettre c’est être » : ce propos me laisse perplexe, car je suis un insoumis … alors, je ne peux être ? Suis-je quelqu’un d’autre ? Possible …
    En tout cas un texte à la fois sensuel et guerrier …
    Max-Louis

    1. Vous avez raison l’insoumission et un acte puissant que seul ceux qui ont une force d’esprit peuvent faire. Le texte, je le voulais sexuelle et violent en même temps. Merci de votre message.

Ajouter votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.