Skip to content

16H39

Pardon, mille fois pardon, je suis désolé, mille fois trop désolé, mais pas assez gracié dans un monde où la miséricorde est une absolution frappante de coups frappés fracassés sur des airs fracassants d’une musique anti-fraternellement écrasante. J’y ai cru mon ange, je me suis fié à toi, à l’acquittement que tu me projetais, à l’indulgence que tu m’imaginais et aussi à la clémence que tu me souhaitais. Pardon, mille fois pardon, je suis désolé mais le couteau me regardait, pardon, mille fois pardon, je suis désolé mais le coup se devait d’être porté, pardon, mille fois pardon, je suis désolé mais je ne pouvais une nouvelle fois tenter d’espérer. J’y ai cru mon ange, je me suis fié à toi… Mais, mon petit séraphin, il faut admettre que la vie parfois est un sous-marin enfermant des assassins avec une seule victime, qui un matin se réveille avec la fatale évidence qu’il n’y aura pas de lendemain.

J’y ai cru mon ange, je me suis fié à toi, mais les fluctuants de choix et les comparaisons de voix ont fait qu’aujourd’hui je ne suis que le piétinement de l’ombre de moi-même avec aucune concession.

Pardon, mille fois pardon, je suis désolé, mille fois trop désolé, mais regarde ce que je suis, un déchet sociétaire dans une poubelle planétaire. Pardon, mille fois pardon, je suis désolé mais le couteau me regardait et le dilemme flottait sur mon corps comme un fugitif indécis qui déterminé passe à l’acte pour ne plus être dans le regret. Mon séraphin, mon messager, mon envoyé, mon chérubin excuse-moi, je t’en supplie pardonne mon choix car sur cette terre je n’étais qu’un pèlerin de passage pour un voyage dont toi et moi connaissions la destination depuis des années de messages que je t’avais envoyés.  Pardon, mille fois pardon, je suis désolé, mille fois trop désolé, mais pas assez gracié dans un monde où la miséricorde est une absolution frappante de coups frappés fracassés sur des airs fracassants d’une musique anti-fraternellement écrasante. Je t’aimais, je te le promets, mais le couteau une nouvelle fois me regardait, et d’un coup ce soir je me trancherai les derniers soupirs que j’avais encore gardés de coté pour t’aimer.

signature-2

Be First to Comment

Ajouter votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.