Faire de moi une icône, me positionner au-dessus de tout, exécuter le détrône et être l’époux du dégoût. La divinité-religion devient un esprit de génie, qui dans une grâce profonde passe de la personne à l’être créateur, puis l’éternel se proclame juge et maître d’un père seigneur de démiurge. Mais la déité n’est que l’idole de ces déesses. Être une icône, c’est faire une métempsycose de soi, pour devenir l’hypnose d’une représentation vide d’un avenir polychrome. Je suis l’icône d’une nymphe divine, qui dans son règne n’a que des ondines pour la rendre Vénus, dans un monde de chrysalides intellectuelles.

signature-2

4 Replies to “15H29”

  1. Bon jour,
    Texte complexe. Je l’ai relu à haute voix plusieurs fois et repris mon dictionnaire car à certains mots j’ai buté. Je crois bien que sur ce texte, je n’ai pas les neurones câblés pour comprendre la substance … je reste sur ma faim …
    Max-Louis

    1. Bonjour, oui, je comprends, c’est un texte très compliqué, je vous avoue que moi-même en écrivant, j’avais tendance à dégager de la chaleur tellement je cherché à faire compliquer plutôt que de faire simple. La philosophie ma toujours fait rêver.
      Je vous mets ci-joint une meilleure explication en espérant que vous comprendriez mieux. Soyez tolérant, je ne suis pas un grand philosophe, j’ai arrêté l’école au collège. Merci pour votre message en tout cas. C’est un vrai plaisir de les lire.

      (Faire de moi une icône, me positionner au-dessus de tout,) Veux signifier la folie de ceux qui décide par eux même qu’ils valent mieux que les autres.


      (exécuter le détrône et être l’époux du dégoût.) Comprendre que ce positionnement n’est pas vrais et qu’il y a toujours mieux que nous, n’importe où. Et donc être dégoûté de la réalité.

      (La divinité-religion devient un esprit de génie,) Ce que l’on penser être une réalité verdict et une croyance profonde ne l’est pas, et cela arrive comme une éclaire de génie.

      (qui dans une grâce profonde passe de la personne à l’être créateur,) Et dans une grâce profonde, on comprend que ceux qui sont peut-être mieux que les autres, sont ceux qui pensent aux autres plutôt qu’a soit même. Ne plus être une personne, mais un créateur de bon sentiments et de valeurs.

      (puis l’éternel se proclame juge et maître d’un père seigneur de démiurge.) Comprendre que l’éternelle réalité n’est que lui seul le juge, le maître et le seigneur de toute vie sur terre. Que même les animateurs d’un monde ne serais pas là sans la création de vie et que nous sommes tout petit fasse a cela.

      (Mais la déité n’est que l’idole de ces déesses. ) Mais la réalité n’est que la croyance de ceux qui décide d’y croire.

      (Être une icône, c’est faire une métempsycose de soi, pour devenir l’hypnose d’une représentation vide d’un avenir polychrome.) Être une icône, c’est faire le transvasement de soi dans un autre soi plus imaginaire et loin d’une réalité en s’hypnotisant de mensonges vide pour un avenir haut en couleur .

      (Je suis l’icône d’une nymphe divine,) Pour conclure, je suis une icône d’une nymphe (divinité d’un rang inférieur).

      (qui dans son règne n’a que des ondines pour la rendre Vénus, dans un monde de chrysalides intellectuelles.) Qui dans son règne seul sur sois même, n’a que des vibrations faite par ces imaginations (ondines et un jeu de mots avec ondes et les ondines, qui sont des génies des eaux dans la mythologie germanique ou alsacienne), pour se rendre plus séduisant tel venus dans un monde de d’hommes et de femmes qui ne sont pas encore devenues des adultes.

Ajouter votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.