Et j’écris, je puise ma force dans ces lignes, je supporte mes mots comme un lourd fardeau, je me mets à penser à une autre réalité, je ne deviens plus moi, je suis une autre personne, un autre regard, une autre inspiration, je joue un rôle, je joue la tendresse et l’allégresse, je suis à mes dépens un écrivain de seconde zone, je deviens parfois un poète à regrets, puis je parle de cette réalité qui m’entoure et me mange petit à petit, elle me dévore chacun de mes désirs, elle me broie tout ce qu’elle peut.

Alors par la force des choses, je deviens ce petit homme qui sourit et parfois pleure, je laisse glisser des larmes sur mon visage, juste pour confirmer que je suis humain, et tout cela me fait rire, ce qui confirme ma haine et mon détachement du réel, j’en joue et j’en souffre, car de moins en moins j’ai de sentiments, je me fais aimer, et je n’aime pas, je veux me faire désirer mais je ne désirerai jamais, je suis la contrefaçon de l’amour, je porte une marque mais elle n’est pas de nature. 

Je suis le Louis Vuitton de Cupidon, je suis la contrefaçon du faux.

signature-2

6 Replies to “10H11”

    1. Regret de n’avoir jamais rien réussi dans ma vie, regret de stagner au même point, mais surtout regret de regarder plutôt que de profiter .

      1. Effectivement, toujours regarder le positif plutôt que de profiter du négatif .

Ajouter votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.