C’est encore un son de David Sides qui me redonne à penser, qui me pousse à dicter ce que mes pensées pensent, je me remets à écrire ce que longtemps j’ai cru avoir perdu, mais ce n’est pas ainsi, bien au contraire, je suis à nouveau là, encore et encore, je laisse ma trace avec cette plume remplie d’encre d’amertume.

Pendant que j’écris au son de la musique je me mets même à croire que c’est moi qui joue du piano, alors que je ne joue qu’avec les mots, oui je suis un musicien de l’écrit, j’invente des airs qui me ressemblent, je les joue à ma guise, j’y joue tellement que j’en oublie les règles de la littérature.

Mais je ne suis qu’un petit enfant derrière son écran, je ne suis pas un écrivain qui publie pour l’argent,  non je suis juste ce passionné qui joue de ses bribes de connaissance, et qui invente pour réinventer le monde qui l’entoure, alors je me fracasse aux touches de ce clavier, je me crève les yeux à regarder cet écran poussiéreux et livide, cet écran qui n’est même pas tactile mais qui mérite tellement de coups, cet écran qui me permet de me cacher derrière des lettres.

je  vous regarde, mes yeux sont bleus, mon regard noir, le tout fait un mélange tranchant de finesse pour un moment trop tard…

signature-2

2 Replies to “05h18”

  1. Je vous invite à poursuivre l’écriture. Vous me faites penser au chanteur Mathieu qui, tout délicat et gracieux, fait son chemin dans la vie, juste pour le plaisir d’offrir de la beauté aux gens.

Ajouter votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.