Le silence des mots.

Ma langue était calme, mon discours en paix et l’élocution était faite de pauses secrètes pendant que les propos étaient dans un état physique de mutisme anonyme. Le langage se fait sans bavardage, le vocable avec discrétion mais le serment reste furtif pendant que le verbe est fait d’intervalles de diction éloquente de tranquillité. À la fin avec une seule maxime je fis un vacarme digne d’une verve taciturne.

Motus et bouche suturée, motus et prononciation raccommodée, motus et pensée rafistolée.

signature-2

Ajouter votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.