Mon amour… va doucement, mon cœur est à empoigner paisiblement.

Mon cœur… fais le posément… fais le furtivement… car ma dévotion est une âme et non un sentiment.

Mon ange… j’ai les ailes qui me démangent, j’ai des envies de voler pour mieux m’écraser, des envies d’être plutôt que de paraître. Je convoite l’engouement plutôt que l’attachement.

Mon homme… mes yeux ne veulent plus voir mais ressentir, mes mains ne veulent plus toucher mais contempler, mes lèvres souhaitent autre chose que des baisers, elles voudraient des désirs emplis de volupté. On a usé de mon corps, usé du trésor qu’il pouvait représenter, on en a fait un vulgaire objet, on a fait de mon être un déchet.

Alors mon petit mâle… il faudra que tu sois patient avec mes ressentiments, ils pourraient te rendre impuissant.

Si dans ton souhait le plus parfait, tu voulais que je reste à tes côtés, sois sûr que tu devras faire avec mes brisures passées. Quant à tes aspirations de simplicité, je t’annonce qu’il faudra les mettre dans une prison, car la vie avec moi est une folie sans nom. Je t’aimerai comme un forcené, mais garderai une intransigeance sur tes pensées.

signature-2

9 Replies to “02h58”

  1. Je suis venue lire ce texte car il était (selon vous) le moins noir de tous… C’est un texte passionné, d’un auteur écorché vif… Le titre suffirait à lui seul (I see my stepmother) si je n’avais pas commencé par “lettre amère”…
    On écrit pour avancer, et non pour guérir. D’ailleurs l’amertume ne se mue jamais en douceur… Il faut s’y habituer…
    A bientôt Monsieur Wolgan

    1. Rebonjour, j’ai mis un peut de temps pour répondre parce que je souhaitais que chaque mot soit beau et bien utilisé. Je pense que la guérison permet l’avancement, et que l’un, souvent, ne va pas avec l’autre. Je n’ai jamais eu d’amertume, mais juste de la contemplation réelle sur la vie tel qu’elle m’a été offert et tel que je l’ai vécue. Je pense que mettre des mots sur son passé, son présent et peux être qui sait son futur et un combat que l’on peux mener avec bravoure et force. Mon “blog” et avant tout un échappatoire pour moi, une thérapie sans psychiatre, je suis un …. Jeune (de presque 30 ans donc plus vraiment jeune) autiste asperger et écrire, c’est mon moyen de communication avec le monde. Et je dois vous dire que jamais je n’avais imaginé qu’il y aurait un tel engouement sur mon site. Je reçois chaque jours quelques commentaires et cela me touche profondément, car j’ai créé à la base cet endroit égoïstement et finalement cela devient un lien participatif pour quelques personnes. J’insiste, je pense que mettre des mots sur son passé, son présent et peux être qui sait son futur et un combat que l’on peux mener avec bravoure et force. Mais je ne le fait avec aucune amertume, mais aussi a contrario avec aucune douceur. Là ou je vous rejoins, c’est très certainement sur (c’est un texte passionné, d’un auteur écorché vif.), car oui je suis écorché vif et c’est ça qui fait ma vie et mon monde. Je vous remercie mille fois pour vos deux commentaires et j’espère que ma réponse vous convient, j’espère aussi que vous reviendrais avec plaisirs sur mon “blog”, mais je pense que je ne ferais pas très souvent des texte solaire qui sont tout de même dans tous les cas très noir.
      Ps : dans le vrai monde, personne n’imaginerait que j’écris des choses comme celle-ci…. Pour tout vous dire tout le monde trouve que je suis un grand timide très souriant ^^ comme quoi les apparences sont trompeuse. À bientôt.

      1. Bonjour Monsieur Wolgan, nous sommes bien d’accord sur ce point : généralement on tient un blog d’abord pour soi-même, comme on tenait un journal autrefois. Oui, vous êtes jeune par votre âge, mais l’âge réel ne compte pas le nombre des années. Cependant, je n’accepte pas non plus l’idée courante que l’on peut “être jeune dans sa tête”… c’est une idée incongrue parce qu’une personne n’est pas seulement “une tête” (un cerveau).
        Il n’y a pas de guérison pour les blessures qui s’ouvrent d’une façon récurrente… Merci pour votre longue réponse…
        PS : le seul “vrai monde” est celui que l’on porte en soi…

Ajouter votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.