J’aurais aimé être viril, mais mon corps reste stérile face à mes envies fébriles, je souhaiterais être l’homme, celui que l’on dessine avec un grand H, celui qui porte son corps droit comme un roi, celui qui marche les épaules hautes et fier d’être masculin, tout ceci avec panache.

Mais je suis féminin dans mon masculin, je suis la honte dans ma fronde contre le monde.

Je suis, je suis, je suis, toujours le « je suis », car je suis celui qui décrit la génération selfie, riche de photographies et d’avis sur les autres et sa propre personne meurtrie par des instants sans vie mais avec un filtre détruit par le faux d’un vrai souci.

Triste égoïsme d’un monde définitivement non altruiste, car l’altruisme n’est qu’image utilisée pour son reflet et « hashtaguée » pour être encore plus aimée des autres et de la communauté commune mais vide de personnalité.

Vigoureux d’émasculation, je me taillerai les veines de votre violence verbale, courageux d’une mièvrerie sans passion, j’arracherai ma carotide de vos virulences banales.

Puissant de chétiveté, je déracinerai chacun de mes globes oculaires pour encore moins vous plaire, car je ne serai, au grand dieu jamais celui que vous regarderai avec respect, puisque je ne suis que le déchet de votre sexualité.

signature-2

4 Replies to “01H52”

Ajouter votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.